Archives par mot-clé : cryptorchidie ; testicules bébé ; testicules pas descendus ; opération testicules bébé

MiniJ et la cryptorchidie : l’opération

Je vous en ai parlé en début d’année, MiniJ a un problème de testicules qui ne descendent pas, aussi appelé cryptorchidie. Il y a un peu plus d’un mois, MiniJ a donc été opéré du testicule droit.

Petit retour chronologique :

         25 janvier : rdv avec le chirurgien. On ressort donc avec une date pour l’anesthésiste (le 15 mars) et une date pour l’opération du testicule droit (22 mars) dans un premier temps

         15 mars : rdv anesthésiste. Pendant la nuit MiniJ a déclaré une laryngite aigüe, le médecin traitant le met sous Célestène et reste confiant puisqu’il n’y a pas de fièvre. Oui mais non, l’anesthésiste veut 3 semaines sans encombrement des voies respiratoires parce qu’il y a des risques de spasmes avec le gaz, notamment. Ha, et il conseille aussi de voir un allergo parce qu’il pense que MiniJ fait de l’asthme (2 bronchiolites sur l’hiver + eczéma suite à la gale) …

         22 mars : opération annulée, repoussée au 23 mai … avec nouveau rdv chez l’anesthésiste puisque que la consultation n’est valable que pendant un mois !

          24 avril : rdv avec un allergo – pneumo – pédiatre. Pas de signe d’allergie ou d’asthme, un petit bonhomme en pleine forme. Elle ne comprend même pas pourquoi l’anesthésiste est parti sur ces pathologies !

         10 mai : nouveau rdv anesthésiste, tout est ok (sauf la petite toux en fin de rdv, merci les dents !).

         23 mai : jour J !

23 mai, 6h20. Je dois réveiller MiniJ pour lui proposer à boire, l’heure limite étant 6h30. Nous devons être à l’hôpital pour 7h30. MiniJ ne boit presque pas, il est dans le pâté. Je zappe la douche et je lui fais juste une petite toilette. Arrivés dans le service ambulatoire, une tenue l’attend sur le lit (j’avais le choix entre lit à barreaux ou lit classique, j’ai choisi le classique et j’ai bien fait !). Tout est beaucoup trop grand, mais en même temps il est tout mignon comme ça 😉
Je pensais qu’il allait être un peu grognon, lui qui réclame habituellement le biberon à peine réveillé, mais non, il a exploré et joué un peu tout en observant les autres enfants. MiniJ étant le plus jeune ce jour là, c’est lui qui passait en premier (heureusement pour mes nerfs !).

Vers 8h15, une infirmière / aide soignante (je ne sais jamais) me parle d’un suppo, je lui souhaite bon courage (à cause de ses petits soucis de constipation, toussa). C’est donc tout naturellement qu’il a bien écarté les jambes et qu’il n’a absolument rien dit … Quelques minutes après on vient nous chercher et je le porte pour aller dans la salle d’attente juste avant le bloc, je le sers fort contre moi. Il est alors placé dans un lit à barreaux, il joue quelques instants avant que l’anesthésiste vienne le prendre.
Il est 8h30, MiniJ est dans les bras de l’anesthésiste et me regarde calmement pendant que je lui fais bye bye avec la main. Je rejoins ensuite la chambre en retenant mes larmes tant bien que mal.

Le temps passe incroyablement lentement !! J’ai en tête que l’opération dure 45 minutes, je crois que je regarde l’horloge toutes les 5 minutes, sans vraiment pouvoir me concentrer sur autre chose. PapaJ me rejoint après avoir déposé Crapaud à l’école, on attend encore. A un moment je craque, MiniJ est parti depuis 2h30, le stress et la fatigue se font sentir, je pleure …
Finalement, on vient nous chercher au bout de 3h pour rejoindre notre tout petit bébé en salle de réveil, mais une seule personne peut y entrer. La question ne se pose même pas, ce sera moi !
Je découvre MiniJ a moitié endormi dans le petit lit à barreaux, avec des capteurs et une perf sur le pied. Dès qu’il a entendu ma voix il a ouvert les yeux et on m’a proposé de le prendre dans mes bras, où il s’est lové en essayant de reprendre ses esprits. Je ne sais pas vraiment combien de temps nous sommes restés là, mais il a vite récupéré et il s’est mis à jouer avec la perf sous le regard amusé de l’infirmière (?).

Et on a eu plusieurs fois le droit au fameux “il a été très très sage, on ne l’a pas entendu. Si seulement tous les enfants pouvaient être comme lui !” (oui parce que son voisin de chambre s’était mis à hurler juste en voyant arriver l’infirmière avec le suppo  …).

Nous sommes ensuite retournés dans la chambre, il a fallu attendre qu’il boive un peu et que l’anesthésie passe pour pouvoir manger. Il s’est jeté sur le pain et les coquillettes, un vrai ogre ^^
Il a joué avec ses animaux, il a été grincheux parce qu’il voulait dormir mais la perf au pied le gênait (mais on a dû attendre qu’il fasse pipi pour enfin l’enlever, j’ai rarement été aussi contente que la couche soit remplie !).
Il avait aussi très chaud mais MiniJ s’est finalement endormi avec un câlin.

Le chirurgien est passé, nous a dit que tout c’était bien passé : il a réussi à dégager un chemin pour faire descendre le testicule mais a dû le fixer avec un point pour qu’il ne remonte pas. Un pansement sur l’aine à garder une semaine, un autre sur les bourses à enlever au bout de deux jours avec des fils résorbables, pas de soin spécifique à part un spray désinfectant 2 fois par jour, des petites douches mais pas de bain, du repos autant que possible avec un petit de moins de 2 ans … Par précaution nous avons rangé le tricycle / draisienne et le zèbre tourni-rebond à la maison.

MiniJ n’a vraiment eu mal qu’à J+2, le seul jour où nous avons dû donner Doliprane et Advil en alternance. A part ça il ne se plaignait pas vraiment, et pourtant il ne fait rien délicatement !!
Le petit pansement est effectivement parti au bout de 2 jours, nous dévoilant un hématome et les fils. MiniJ super warrior me laissait lui nettoyer doucement les bourses, il n’a jamais rien dit.
Le plus difficile pour moi a été le retrait du pansement à l’aine à J+8 : quelque part dans ma tête il y avait une image qui me faisait peur, celle où je retirais le pansement et que la cicatrice s’ouvrait en saignant très très fort … J’étais donc à 2 doigts de prendre rdv chez mon médecin traitant pour le faire enlever ^^
Mais non, j’ai pris mon courage à deux mains, j’ai demandé à PapaJ de m’aider (je tenais les jambes et je tendais la peau à proximité du pansement, PapaJ tenait les bras et a retiré le pansement) et hop, c’était fini !

Il y a 2 semaines MiniJ a eu son premier rdv de contrôle avec le chirurgien, 1 mois après l’opération pile poil. Il a confirmé que tout est ok, que les cicatrices sont belles. Ça me fait tout bizarre de voir un côté des bourses rempli, on voit vraiment la différence !
Le chirurgien a prévu de revoir MiniJ 6 mois après l’opération, puis éventuellement plus tard pour prendre une décision concernant le testicule gauche qui se balade toujours autant. Il m’a parlé à nouveau vite fait du risque accru de cancer des testicules suite à la cryptorchidie, mais qu’il faudra simplement que MiniJ apprenne à se palper une fois par mois environ à partir de l’adolescence.

Il m’a surtout parlé, dépité, de cet enfant de 9-10 ans, très obèse, qui a les deux testicules non descendus. Il m’a expliqué qu’à cet âge l’opération est plus esthétique qu’autre chose, qu’il y a très peu de chances pour qu’il puisse produire des spermatozoïdes viables un jour, que sa maman a pleuré mais que lui ne comprenait pas vraiment.
Il m’a dit qu’il ne comprenait pas que les parents ne soient pas plus avertis de ces risques, que les bébés devraient être auscultés plus souvent, parce que c’est vers 2 ans qu’il faut idéalement faire cette opération.
Alors si vous avez le moindre doute n’hésitez pas à poser la question à votre médecin traitant, à regarder de votre côté si les testicules descendent après le bain ou dans certaines positions.
Si j’avais écouté certaines personnes autour de moi (“de mon temps on laissait le temps, on regardait à l’adolescence”, donc quand il était trop tard !), MiniJ aurait très probablement eu des problèmes de stérilité !

Rendez-vous sur Hellocoton !

MiniJ et la cryptorchidie

Non, on ne va pas parler botanique, mais – comme depuis les 4 derniers mois avec MiniJ – de santé ! Aujourd’hui je vous présente de tout nouvel épisode de la saga : MiniJ et la cryptorchidie.
MiniJ_cryptorchidiePetite mise en situation : autour de 6 mois, mon médecin traitant m’avait dit une fois de regarder si les testicules de MiniJ descendaient bien, ce que je faisais mais sans plus, parfois ils étaient là et parfois non. Et puis il y a eu la consultation avec le pédiatre gastroentérologue (dans l’épisode MiniJ et la constipation) où la pédiatre m’a demandé si mon généraliste avait déjà remarqué que ses testicules n’étaient pas descendus

J’en ai reparlé à mon médecin, il a examiné MiniJ et nous a envoyé faire une échographie pour savoir ce qu’il en était exactement. Il faut dire que le testicule gauche est souvent plus présent que le droit, qui lui a plutôt tendance à être assez haut, mais en « trifouillant » on arrive plus ou moins à les faire descendre.
Nous voici à l’échographie, et le médecin nous dit « vous êtes sûre qu’ils sont déjà descendus ? Parce que là pour moi ils sont coincés dans le canal inguinal, mais pas étranglés ». Bon, en même temps il a juste regardé où étaient les testicules sans chercher à les faire bouger …

Retour chez le médecin traitant, il me propose de voir soit un urologue soit un chirurgien pédiatre, avec une préférence pour ce dernier (surtout que l’urologue nous aurait probablement envoyé vers le chirurgien pédiatre !). J’appelle le Centre Hospitalier de Valenciennes et, surprise, rdv la semaine suivante !!

Ce mercredi nous avions donc rdv avec le chirurgien pédiatre, 1h de retard suite à une opération en urgence le matin, mais il y avait un coin avec des jouets pour les enfants donc c’est passé assez vite pour mon MiniJ tout fatigué.
CHV consultation pédiatre mamancherry
Alors voilà, de bases les cordons testiculaires sont trop courts, c’est pour ça que les testicules descendent parfois mais remontent presque aussitôt. Il nous a expliqué que, même au plus bas, les testicules devraient pouvoir descendre encore 1 cm plus bas ! Il m’a posé beaucoup de questions, comme est-ce que je vois souvent les testicules dans les bourses, sinon où ils sont situés, … Je lui ai donc dit que j’avais remarqué que le testicule gauche descend facilement mais remonte aussi facilement, alors que le droit à plutôt tendance à être plus haut, voire même que parfois je ne le trouve pas.
Pour le testicule gauche il conseille un suivi sur 6 à 12 mois pour voir l’évolution, par contre il y a pour le testicule droit une cryptorchidie.

« La cryptorchidie, ou testicule non descendu, correspond à l’absence du testicule dans la bourse. Elle est due à un défaut de migration du testicule de l’abdomen vers les bourses pendant la vie fœtale. Le testicule est absent des bourses mais se trouve sur le trajet normal de sa migration de l’abdomen vers le scrotum. »
L’appareil génital se forme dans l’abdomen du fœtus. D’abord indifférencié, il devient testicules chez le garçon et ovaires chez la fille sous l’influence de facteurs hormonaux et génétiques au 2e mois de grossesse. À partir du troisième mois de grossesse, les testicules migrent vers l’aine, puis descendent dans les bourses. Cette migration se termine dans les deux dermiers mois de grossesse. C’est cette étape qui est incomplète en cas de cryptorchidie.
Pour fabriquer des spermatozoïdes de bonne qualité, les testicules doivent se trouver à une température de 33 à 34 °C, soit moins que la température du corps (37 °C). C’est pourquoi il est important qu’ils soient positionnés dans les bourses, à l’extérieur du corps. »
(source www.amelie-sante.fr)

Il y a plusieurs facteurs de risque :

  • la prématurité, un petit poids de naissance, ou une naissance par le siège ;
  • une prédisposition familiale : existence de malformations uro-génitales chez le père ou les frères (cryptorchidie, hypospadias, micropénis) ;
  • la présence d’obésité, de diabète ou d’hypertension artérielle chez la mère ;
  • le tabagisme chez le père et/ou la mère ;
  • la consommation d’alcool chez la mère ;
  • l’exposition à des produits (appelés perturbateurs endocriniens) susceptibles de dérégler l’action des hormones. Ces produits peuvent être présents dans l’alimentation (phyto-œstrogènes naturellement présents dans les germes de blé ou le soja, bisphénols, phtalates, résidus de pesticides ou de détergents), dans l’environnement (polluants organiques, pesticides, métaux lourds, etc.), ou dans les cosmétiques (parabens, phtalates, etc.).

MiniJ est né une semaine avant terme avec 3,3 kg, pas de prédisposition (à priori), on ne fume pas, je ne bois pas. Côté perturbateurs endocriniens, je n’en ai aucune idée.
Par contre je suis obèse et j’ai fait du diabète gestationnel pendant la grossesse de MiniJ.

Parmi les complications de la cryptorchidie, il y a notamment des problèmes de fertilité voire même une infertilité.

Bref, le chirurgien nous a parlé de l’opération pour le testicule droit : chirurgie ambulatoire, anesthésie (on attend le rdv mais je pense que ce sera une générale), 45 minutes d’intervention, une petite incision au niveau des bourses et une plus important au niveau de l’aine (il me semble).
Un petit pansement pendant 3 jours max en bas, pendant une semaine environ en haut, pas de soins infirmier. Il faudra le laisser en couche et vêtement ample, comme un pyjama bien large, et éviter les bodys trop serrés par la suite (mais avec ses jambons je prends déjà des bodys H&M qui sont assez amples ^^) (du coup je vais essayer de trouver 1 ou 2 sarouels, en journée ça sera mieux je pense).
Le chirurgien pense qu’il faudra également opérer pour le testicule gauche, mais qu’une seule petite incision devrait être suffisante.

J’ai beaucoup apprécié ce médecin qui a été très doux avec MiniJ et nous a très bien expliqué les choses. J’ai aussi aimé le « avant on disait que ça allait descendre tout seul mais c’est faux », et là j’ai pensé très fort « merci » parce que j’en ai marre qu’on me dise que c’est naturel, que ça va descendre tout seul, qu’avant on ne faisait pas de chichis et que maintenant c’est juste pour donner des sous aux médecins. Les cordons testiculaires de MiniJ sont trop courts, les testicules ne pourront jamais descendre plus bas, c’est un fait.

Bref, la chirurgie est prévue pour fin mars. Le chirurgien m’a proposé un lundi début mars ou un jeudi fin mars, j’ai préféré le jeudi comme ça je pose deux jours de CP (ouais, les CP pour partir en vacances c’est surfait !) pour rester avec MiniJ le vendredi aussi et éviter au max les déplacements en voiture.

Pour l’instant je suis plus soulagée que stressée, soulagée qu’on ne soit pas passés à côté, soulagée d’avoir eu face à nous des professionnels qui n’ont pas été condescendants mais compréhensifs. Bon, par contre je pense qu’en mars il faudra éviter de me parler 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !