Tous les articles par MamanCherry

Cherry, 26 ans, maman depuis décembre 2010 de Crapaud, un petit bout d'amour conçu avec Papa J.

Nos vacances d’été en Andalousie, avec 2 enfants

L’année dernière nous sommes partis à Alicante, dans la région de Valence en Espagne. Appart Airbnb, piscine, mer à 5-10 minutes à pieds. C’était sympa.
Pour les vacances d’été 2017 nous pensions retourner à Alicante, mais le hasard des tarifs des compagnies aériennes (tarifs mais aussi côté pratique et horaires des vols) a fait que nous avons finalement opté pour le sud de l’Espagne, l’Andalousie et la Costa del Sol.

Janvier 2017 : validation de la réservation Airbnb + réservation des billets EasyJet.
Mars 2017 : réservation de la voiture de location sur place
Début juillet 2017 : réservation du parking à l’aéroport de Roissy CDG.

22 juillet 2017, 2h00 du matin : c’est l’heure ! On téléporte les enfants de leurs lits aux sièges auto, ils se rendorment assez vite. PapaJ conduit, on a 2h00 de route, je dors une petite heure.
4h00 du matin, on est arrivés à l’aéroport (mais que c’est immense CDG en fait !!!), petit tour en navette CDGVal – le métro gratuit qui relie les terminaux – pour le plus grand bonheur de Crapaud, enregistrement des bagages, on se pose pour un petit déj sur le pouce et on se dirige vers l’embarquement pour s’asseoir et se reposer avant de monter dans l’avion.

Quand vient le moment de l’embarquement je me félicite d’avoir un pass prioritaire, qui est apparemment automatique chez EasyJet avec des enfants de moins de 5 ans. Et puis grosse surprise, mais pas des meilleures : il faut descendre sur le tarmac pour prendre un bus qui nous emmènera à l’avion, mais pas d’ascenseur, démerde toi pour descendre les escaliers avec ta poussette, ton bébé et tous tes sacs … J’ai grandement apprécié les gens qui nous regardent de travers parce que la poussette fait beaucoup de bruit à chaque marche descendue, qui pourraient proposer d’aider mais non.

Bref, il est un peu plus de 7h00, on s’installe enfin dans l’avion et les garçons vont pouvoir se rendormir (erreur de débutant). Puisque MiniJ n’a pas encore deux ans, il voyage sur moi avec une ceinture spécifique. On nous explique à plusieurs reprises que le ciel espagnol est chargé, qu’on doit donc patienter. On aura un peu plus d’une heure de retard.

Crapaud a mieux géré le décollage et l’atterrissage que l’année dernière, même si la fatigue se faisait ressentir sur la fin et qu’il devenait grognon. Quant à MiniJ … Bah il n’a absolument pas dormi, il jouait avec les tablettes pour le plus grand bonheur des passagers assis devant nous, il ne tenait pas trop en place, jetait ses doudous parce qu’il était grognon et fatigué aussi. Bref, le rêve ! (et encore, je ne vous ai pas dit que PapaJ est malade : nez qui coule, mal au crâne et cie. Je vous laisse imaginer 😉 )

Enfin arrivés à Malaga, il fait super beau. On récupère le bagage enregistré, la poussette, la voiture de loc. On passe chez Burger King pour manger un bout avant de rejoindre l’appartement situé à Mijas – Calahonda, à environ 35 minutes de l’aéroport.
Ça y est, on est en vacances ^^

Les garçons s’endorment à peine montés en voiture, on souffle un peu et on arrive à Calahonda.
L’appartement réservé via Airbnb est situé tout en haut de la colline, la vue est magnifique.  Et l’appartement est bien conforme aux photos et à la description. C’est beau, ça nous correspond très bien. Cette année encore je n’ai pas été déçue par Airbnb !

Petit tour du propriétaire : 2 chambres, une avec un lit 180 (yay ^^) et une autre avec 2 lits qu’on a collés, histoire que MiniJ ne tombe pas, une salle de bain où je regrette juste qu’il n’y ait pas de vraie douche mais bien quand même, une cuisine équipée – avec un vrai four !! – ouverte sur la partie salle à manger / séjour, un grand canapé avec méridienne, un balcon de dingue avec une grande table et 2 bains de soleil mais surtout une vue juste magnifique sur la montagne d’un côté et la mer de l’autre.

L’appartement est situé dans une Urbanizacion, en gros un quartier résidentiel. Dans la résidence où nous sommes installés il y a 4 piscines + 1 pataugeoire, c’est juste génial. Le coin est très calme, on a vraiment apprécié !
En plus l’hôte et son proxy sur place ont été très sympathiques, facilement joignable en cas de besoin (du genre « bonjour, je cherche un endroit où je peux imprimer des documents, vous auriez une adresse ? » ou encore « bonjour, vous n’auriez pas une balance pour que je pèse un colis ? » ^^).

Pendant nos vacances nous avons donc, en vrac :

  • Fait un petit tour à Fuengirola, notamment sur la plage. Attention, pensez au parcmètre, nous en avons fait les frais : 60 € d’amende pour parcmètre oublié, mais l’amende peut être annulée si vous payez 6 € au parcmètre dans les 72h.
  • Visité Mijas Pueblo, un magnifique village dans les hauteurs, avec notamment la visite du musée des miniatures et un resto juste délicieux : Casa 5.
  • Fait un tour à Marbella : visite du musée du bonzaï et passage sur l’Avenida del Mar avec ses sculptures de Salvador Dali.
  • Passé une journée à Gibraltar, pris le téléphérique pour faire coucou aux singes, mangé sur la Marina, beaucoup marché.
  • Visité le Sea Life de Benalmadena et fait un mini golf.
  • Brunché pour l’anniversaire de MiniJ au Jammy Olive Cafe de Calahonda (Best pancakes ever !!).
  • Passé une journée à Ronda : visite de l’arène, resto bien sympa, musée municipal …
  • Passé une journée à Malaga avec visite du MIMMA, musée intéractif de la musique, tapas …
  • Re passé une journée à Malaga avec grande roue, tapas, visite de l’Alcazaba
  • Fait des châteaux de sable sur la plage de la Cala de Mijas ou de Calahonda
  • Profité des piscines, d’ailleurs Crapaud a enfin osé sauter dans l’eau, MiniJ – aka Celui qui n’a peur de rien – s’est aussi mis à sauter du coup.

Et puis voilà, nos deux semaines de congés étaient déjà presque finies, il fallait retourner à l’aéroport de Malaga , rendre la voiture de location, reprendre l’avion (avec à nouveau 1h de retard). Cette fois ci MiniJ avait un siège rien que pour lui puisqu’il avait maintenant 2 ans, mais il ne s’est finalement endormi qu’après que l’avion ait posé ses roues sur le tarmac …

Je vous parlerai bientôt plus en détail de nos sorties à Mijas, Ronda, Gibraltar et Malaga, de la visite du Sea Life de Benalmadena, de nos coups de cœur culinaires 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

MiniJ, presque 2 ans (wishlist d’anniversaire)

Dans un peu plus de 3 semaines (J-24 exactement), MiniJ soufflera sa 2ème bougie. Déjà … Mon tout petit bébé n’en sera plus vraiment un.

Plusieurs personnes m’ont demandé ce qu’elles pouvaient offrir à MiniJ, et j’avoue que c’est beaucoup moins facile de trouver des idées que pour Crapaud au même âge !!

  • MiniJ a récupéré une bonne partie des jouets de Crapaud (j’ai pris soin d’enlever quelques pièces bruyantes et / ou encombrantes, en les donnant Nounou ou à une association).
  • On achète aussi quelques trucs en cours d’année, sur un coup de cœur.
  • A-t-il vraiment besoin d’un puzzle en bois supplémentaire, aussi mignon soit-il ? (même si avec moi l’argument ne tient pas forcément ^^).

Bref, comme pour la wishlist de Noël, la wishlist des 2 ans de MiniJ est super galère à faire !
On (ou plutôt je) y réfléchit depuis un petit moment, et puis hier Nounou m’a encore demandé en précisant « parce que c’est bientôt quand même » … A oui, en effet il reste 2 semaines chez Nounou !

Nous avons trouvé (donc moi, toujours ^^) il y a un petit bout de temps déjà ce que nous allions lui offrir : Lapin & Magicien, de SmartGames. Il s’agit d’un jeu de manipulation où l’enfant joue avec la notion de 3D, de profondeur. Il faut positionner les éléments de façon à voir la même chose que sur la carte. Je l’ai donc acheté chez le Farfadet Joueur à Valenciennes (fournisseur officiel de nos jeux de société 😉 ). Nous l’offrirons à la maison, lors de l’anniversaire avec toute la famille.

Fin mai j’ai également flashé sur Jour et Nuit de SmartGames. Toujours un jeu de manipulation, mais avec une variante en version « nuit », donc en jeu d’ombres. Je l’ai pris en me disant que ce serait à faire offrir par quelqu’un.

J’ai aussi flashé sur la Chenille arc-en-ciel de Haba. Elle est juste trop jolie et MiniJ est dans une période puzzle. Et puis il y a eu les soldes, et donc on l’a prise 😉 C’est ce que l’on offrira à MiniJ le jour de son anniversaire !

Donc 3 cadeaux, dont 2 offerts par nous, et 4 personnes qui me demandent la wishlist …

J’avais pensé à une draisienne / trottinette Globber, mais MiniJ l’a essayé et ne semblait pas convaincu. Par contre il a essayé la draisienne Yvelo de Yvolution chez Oxybul, et là il s’est amusé !Du coup on la met sur la wishlist en cadeau groupé.

J’avais repéré chez une amie un tapis – puzzle en mousse, très grand, super pratique, mais à bien y réfléchir on s’est dit que non.

Par contre j’ai ajouté un micro Fisher Price Puppy à petit prix, puisque MiniJ adore chanter dans la manette du PS Move 😉

Et pou Nounou j’ai trouvé hier soir : elle a chez elle une caisse enregistreuse de chez Oxybul et que MiniJ (et Crapaud) adore, mais elle coûte 40 €.
Oui mais je l’avais vu soldée à 30 € en boutique samedi dernier, je pensais donc ajouter la différence. Et en voulant (re)montrer la caisse à PapaJ hier soir, j’ai vu qu’elle est à – 50 % sur le site, je l’ai donc montré à Nounou et elle va la commander !

Voilà, on a fait le tour, et j’espère que personne d’autre ne me demandera quoi prendre parce que je sèche 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

MiniJ et la cryptorchidie : l’opération

Je vous en ai parlé en début d’année, MiniJ a un problème de testicules qui ne descendent pas, aussi appelé cryptorchidie. Il y a un peu plus d’un mois, MiniJ a donc été opéré du testicule droit.

Petit retour chronologique :

         25 janvier : rdv avec le chirurgien. On ressort donc avec une date pour l’anesthésiste (le 15 mars) et une date pour l’opération du testicule droit (22 mars) dans un premier temps

         15 mars : rdv anesthésiste. Pendant la nuit MiniJ a déclaré une laryngite aigüe, le médecin traitant le met sous Célestène et reste confiant puisqu’il n’y a pas de fièvre. Oui mais non, l’anesthésiste veut 3 semaines sans encombrement des voies respiratoires parce qu’il y a des risques de spasmes avec le gaz, notamment. Ha, et il conseille aussi de voir un allergo parce qu’il pense que MiniJ fait de l’asthme (2 bronchiolites sur l’hiver + eczéma suite à la gale) …

         22 mars : opération annulée, repoussée au 23 mai … avec nouveau rdv chez l’anesthésiste puisque que la consultation n’est valable que pendant un mois !

          24 avril : rdv avec un allergo – pneumo – pédiatre. Pas de signe d’allergie ou d’asthme, un petit bonhomme en pleine forme. Elle ne comprend même pas pourquoi l’anesthésiste est parti sur ces pathologies !

         10 mai : nouveau rdv anesthésiste, tout est ok (sauf la petite toux en fin de rdv, merci les dents !).

         23 mai : jour J !

23 mai, 6h20. Je dois réveiller MiniJ pour lui proposer à boire, l’heure limite étant 6h30. Nous devons être à l’hôpital pour 7h30. MiniJ ne boit presque pas, il est dans le pâté. Je zappe la douche et je lui fais juste une petite toilette. Arrivés dans le service ambulatoire, une tenue l’attend sur le lit (j’avais le choix entre lit à barreaux ou lit classique, j’ai choisi le classique et j’ai bien fait !). Tout est beaucoup trop grand, mais en même temps il est tout mignon comme ça 😉
Je pensais qu’il allait être un peu grognon, lui qui réclame habituellement le biberon à peine réveillé, mais non, il a exploré et joué un peu tout en observant les autres enfants. MiniJ étant le plus jeune ce jour là, c’est lui qui passait en premier (heureusement pour mes nerfs !).

Vers 8h15, une infirmière / aide soignante (je ne sais jamais) me parle d’un suppo, je lui souhaite bon courage (à cause de ses petits soucis de constipation, toussa). C’est donc tout naturellement qu’il a bien écarté les jambes et qu’il n’a absolument rien dit … Quelques minutes après on vient nous chercher et je le porte pour aller dans la salle d’attente juste avant le bloc, je le sers fort contre moi. Il est alors placé dans un lit à barreaux, il joue quelques instants avant que l’anesthésiste vienne le prendre.
Il est 8h30, MiniJ est dans les bras de l’anesthésiste et me regarde calmement pendant que je lui fais bye bye avec la main. Je rejoins ensuite la chambre en retenant mes larmes tant bien que mal.

Le temps passe incroyablement lentement !! J’ai en tête que l’opération dure 45 minutes, je crois que je regarde l’horloge toutes les 5 minutes, sans vraiment pouvoir me concentrer sur autre chose. PapaJ me rejoint après avoir déposé Crapaud à l’école, on attend encore. A un moment je craque, MiniJ est parti depuis 2h30, le stress et la fatigue se font sentir, je pleure …
Finalement, on vient nous chercher au bout de 3h pour rejoindre notre tout petit bébé en salle de réveil, mais une seule personne peut y entrer. La question ne se pose même pas, ce sera moi !
Je découvre MiniJ a moitié endormi dans le petit lit à barreaux, avec des capteurs et une perf sur le pied. Dès qu’il a entendu ma voix il a ouvert les yeux et on m’a proposé de le prendre dans mes bras, où il s’est lové en essayant de reprendre ses esprits. Je ne sais pas vraiment combien de temps nous sommes restés là, mais il a vite récupéré et il s’est mis à jouer avec la perf sous le regard amusé de l’infirmière (?).

Et on a eu plusieurs fois le droit au fameux “il a été très très sage, on ne l’a pas entendu. Si seulement tous les enfants pouvaient être comme lui !” (oui parce que son voisin de chambre s’était mis à hurler juste en voyant arriver l’infirmière avec le suppo  …).

Nous sommes ensuite retournés dans la chambre, il a fallu attendre qu’il boive un peu et que l’anesthésie passe pour pouvoir manger. Il s’est jeté sur le pain et les coquillettes, un vrai ogre ^^
Il a joué avec ses animaux, il a été grincheux parce qu’il voulait dormir mais la perf au pied le gênait (mais on a dû attendre qu’il fasse pipi pour enfin l’enlever, j’ai rarement été aussi contente que la couche soit remplie !).
Il avait aussi très chaud mais MiniJ s’est finalement endormi avec un câlin.

Le chirurgien est passé, nous a dit que tout c’était bien passé : il a réussi à dégager un chemin pour faire descendre le testicule mais a dû le fixer avec un point pour qu’il ne remonte pas. Un pansement sur l’aine à garder une semaine, un autre sur les bourses à enlever au bout de deux jours avec des fils résorbables, pas de soin spécifique à part un spray désinfectant 2 fois par jour, des petites douches mais pas de bain, du repos autant que possible avec un petit de moins de 2 ans … Par précaution nous avons rangé le tricycle / draisienne et le zèbre tourni-rebond à la maison.

MiniJ n’a vraiment eu mal qu’à J+2, le seul jour où nous avons dû donner Doliprane et Advil en alternance. A part ça il ne se plaignait pas vraiment, et pourtant il ne fait rien délicatement !!
Le petit pansement est effectivement parti au bout de 2 jours, nous dévoilant un hématome et les fils. MiniJ super warrior me laissait lui nettoyer doucement les bourses, il n’a jamais rien dit.
Le plus difficile pour moi a été le retrait du pansement à l’aine à J+8 : quelque part dans ma tête il y avait une image qui me faisait peur, celle où je retirais le pansement et que la cicatrice s’ouvrait en saignant très très fort … J’étais donc à 2 doigts de prendre rdv chez mon médecin traitant pour le faire enlever ^^
Mais non, j’ai pris mon courage à deux mains, j’ai demandé à PapaJ de m’aider (je tenais les jambes et je tendais la peau à proximité du pansement, PapaJ tenait les bras et a retiré le pansement) et hop, c’était fini !

Il y a 2 semaines MiniJ a eu son premier rdv de contrôle avec le chirurgien, 1 mois après l’opération pile poil. Il a confirmé que tout est ok, que les cicatrices sont belles. Ça me fait tout bizarre de voir un côté des bourses rempli, on voit vraiment la différence !
Le chirurgien a prévu de revoir MiniJ 6 mois après l’opération, puis éventuellement plus tard pour prendre une décision concernant le testicule gauche qui se balade toujours autant. Il m’a parlé à nouveau vite fait du risque accru de cancer des testicules suite à la cryptorchidie, mais qu’il faudra simplement que MiniJ apprenne à se palper une fois par mois environ à partir de l’adolescence.

Il m’a surtout parlé, dépité, de cet enfant de 9-10 ans, très obèse, qui a les deux testicules non descendus. Il m’a expliqué qu’à cet âge l’opération est plus esthétique qu’autre chose, qu’il y a très peu de chances pour qu’il puisse produire des spermatozoïdes viables un jour, que sa maman a pleuré mais que lui ne comprenait pas vraiment.
Il m’a dit qu’il ne comprenait pas que les parents ne soient pas plus avertis de ces risques, que les bébés devraient être auscultés plus souvent, parce que c’est vers 2 ans qu’il faut idéalement faire cette opération.
Alors si vous avez le moindre doute n’hésitez pas à poser la question à votre médecin traitant, à regarder de votre côté si les testicules descendent après le bain ou dans certaines positions.
Si j’avais écouté certaines personnes autour de moi (“de mon temps on laissait le temps, on regardait à l’adolescence”, donc quand il était trop tard !), MiniJ aurait très probablement eu des problèmes de stérilité !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aujourd’hui je suis une méchante maman …

Depuis 2 semaines environ il y a une phrase qui revient assez souvent, le fameux « je veux pas aller à l’école ». Comme beaucoup d’enfants je pense, cette période de fin d’année scolaire est difficile , la période de 11 semaines entre les vacances est vraiment trop longue (surtout comparée à celle de 6 semaines entres les vacances de février et celle d’avril). Aujourd’hui la fatigue et probablement un mélange de stress (du théâtre hier et de la fête de l’école qui arrive samedi) font que je passe souvent pour la méchante maman. Ce matin j’ai passé 90 minutes vraiment longues et difficiles avec Crapaud.

Ce matin Crapaud s’est réveillé et il est venu me voir dans la chambre « je me sens vraiment vraiment pas bien à la tête, la gorge et au ventre ! ». Etant donné le peu qu’il a mangé hier soir (genre 3 nouilles et 6 cubes de courgette) et le « je veux pas aller à l’école » du moment, ça ne m’étonnait pas vraiment.

En ce moment Crapaud prépare seul son petit déjeuner, à sa demande. Son petit déj c’est un lait chaud au miel et tartines ou pains au lait ou cracottes.
Ce matin Crapaud prend sa marche, il choisit et attrape un mug, je pose la bouteille de lait à côté de lui, je l’aide à doser le miel puis m’occupe du biberon de MiniJ, j’entends qu’il met le mug dans le micro-ondes, « maman il sert à quoi ce bouton-là ? Et celui-là ? ». Le ding du timer retentit, Crapaud ouvre la porte et là je sens une très forte odeur de miel … Crapaud a « juste » oublié de mettre du lait dans son mug !!! Je lui dis que ce n’est pas grave, qu’on va recommencer, mais qu’il doit être plus concentré sur ce qu’il fait.
5 minutes plus tard il dira que c’est de ma faute, que je n’avais qu’à lui dire qu’il devait mettre du lait dans son lait chaud au miel …

Hier Crapaud avait sa représentation de théâtre, mais je n’ai pas pu y aller (heureusement PapaJ oui). Pour le récompenser de ses efforts je lui ai offert un petit carnet Avenue Mandarine avec des dragons marionnettes de doigts à colorier. J’étais la meilleure maman du monde (c’est lui qui me l’a dit hier soir).

Sauf que hier soir Crapaud a laissé le carnet et les feutres dans sa chambre, à portée de MiniJ, et n’a pas fermé sa porte. Au moment de manger j’appelle MiniJ mais je ne l’entends pas (tout parent sait que les probabilités pour son enfant soit en train de faire une bêtise sont très fortes !). Il était tranquilou, sur la chaise dans la chambre de Crapaud, en train de dessiner … sur le carnet de Crapaud. Le drame, son méchant petit frère avait gâché la surprise que je lui avais ramenée alors que MiniJ sait très bien qu’il ne doit pas toucher aux feutres (lol).
Bref, ce matin Crapaud vient me voir avec le carnet dans les mains, prêt à arracher le dragon avec les 2 traits de feutre, et me sort « tu sais ce que je vais en faire de ça ?!! », plein de défiance ( ?). Je lui dis que s’il déchire la page je reprends le carnet, qu’il n’a qu’à donner ce dragon à MiniJ ou remettre du feutre au-dessus des petits traits de feutre rouge pour que ça ne se voit plus … « mais on a même pas de feutre blanc ! Et puis moi je voulais pas mettre du rouge, et une autre couleur ça va tout mélanger ! » et hop, M. Boudin est de sortie !

Après il part dans le salon et s’apprête à regarder la télé (alors qu’il n’a même pas nettoyé son visage), je lui dis qu’il doit d’abord faire son visage et se calmer parce qu’il est grognon. BIM « on peut jamais faire ce qu’on veut dans cette maison !! » (tu le sens l’enfant malheureux ?).

Après j’ai eu droit à « si on est en retard c’est de ma faute, c’est de ta faute parce que tu traînes », et quand je lui ai demandé de mettre son manteau il s’était caché en dessous de la couette du salon, en mode « je veux pas aller à l’école, je veux me reposer maintenant ! ». PapaJ a pris le relais, il a essayé de l’apaiser (parce que j’étais plutôt en mode hérisson). Je lui ai même rappelé qu’aujourd’hui c’est cheeseburger à la cantine, que ça fait 2 semaines qu’il nous en parle et qu’il avait hâte, mais sans succès :-/
J’ai dû le traîner jusqu’à la voiture – avec les traces de pieds dans les cailloux – et le porter pour le mettre dans son siège. Arrivés à l’école (en retard, porte fermée) il est descendu de la voiture mais sans son cartable, coup de chance une dame de service nous a vus et a ouvert la porte, mais il ne voulait pas tenir son cartable, ni rentrer dans le hall … J’ai dû le pousser, mais il se tenait à la poignée de porte. Finalement une atsem de maternelle est allée chercher la maîtresse de Crapaud qui a pris le relais, avec un « aller, on doit aller répéter parce qu’on n’a pas pu hier de ta fa … parce que tu n’étais pas là » (bien rattrapé) (je me demande ce qu’ils font pour le spectacle si ils n’ont pas pu répéter sans lui !). Elle a essayé de le dérider un peu, et finalement quand il ne m’a plus vue il a suivi sa maîtresse.

Je suis retournée à la voiture en serrant fort MiniJ pour ne pas pleurer.
Bref, aujourd’hui dans le regard de Crapaud je voyais une méchante maman …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Notre premier weekend sans enfant à Lille (bar à jeux et escape game)

On se fait souvent des aprem / soirées sans enfant, avec nos amis voisins. Une des mamies vient garder les garçons, et on fait généralement des jeux de société. Ça fait du bien, on rigole beaucoup, les « putain », « fait chier », « dans ton cul » fusent (bah oui, on en profite quoi ^^), et on rentre tard. Sauf que le lendemain matin – voire parfois pendant la nuit – il faut s’occuper des enfants qui se lèvent « tôt » (donc entre 8h et 9h généralement, une grasse mat’ pour certains parents mais pas pour moi).

Il y a environ 1 mois, des amis nous ont parlé d’une brasserie à Lille où on peut jouer à plein de jeux de société : la Luck. Puis on a commencé à se dire que ce serait sympa de s’organiser une aprem jeux de société à la Luck et un escape game chez Team Break. Avant que j’ai eu le temps de réaliser, nous avions programmé un weekend entre amis : la Haunted Room de Team Break puis aprem jeux de société à la Luck, Allo Resto à l’hôtel et soirée jeux de société entre nous, et le lendemain matin brunch chez Be Yourself.
Donc en gros il fallait que je me prépare psychologiquement à laisser les garçons chez MamieJ du samedi midi au dimanche midi. Je ne m’inquiète plus vraiment pour Crapaud, puisqu’il a maintenant plusieurs nuits chez son cousin à son actif (la dernière fois il a passé une semaine entière chez lui !), par contre ce serait la première nuit sans nous pour MiniJ …
Notre tout premier weekend kids free se préparait !!

Sur la route vers la maison de MamieJ j’ai commencé à avoir des douleurs dans le bas du dos et une boule au ventre : coucou le stress !! Finalement ça s’est passé mieux que je ne le pensais, MiniJ est parti voir les poules et nous a oubliés l’espace d’un instant (après beaucoup de « tu vas faire un gros dodo, maman t’aime fort » et tout et tout 😉 ).
Et puis zou, nous voilà partis pour notre petit weekend sans enfant !

Première étape : Fresh Burritos
Bah oui, c’est pas tout ça mais on avait faim en fait. Petit arrêt chez Fresh Burritos histoire d’être bien calés (et puis en plus on aime bien Fresh Burritos, je me prends un burrito crevettes, riz, tomate, salade, maïs … mioum ^^).

Deuxième étape : la Haunted Room de Team Break (14h00)
On avait déjà eu l’occasion de tester 2 des escape games de chez Team Break : Prison Break (réussir à s’échapper d’une prison donc, gros fail pour nous … on a fait 25 % de la mission en 1h, mais apparemment pour un premier ce n’était pas si mal) et Walking Dead (sauver l’humanité en empêchant qu’un virus mortel ne soit répandu).
La Haunted Room c’est une mission qui a été ajoutée fin 2016. Interdit aux mineurs, femmes enceintes, personnes cardiaques et épileptiques … WOKAY !
Je ne spoilerais pas, mais franchement l’ambiance sonore était top, la déco parfois angoissante (en tout cas pour moi ^^). Seul petit bémol : on a trouvé que la mission était plus simple que pour Walking Dead. Bref, nous sommes sortis de la chambre 1408 en 36 minutes. N’empêche, j’étais bien contente d’avoir fait la Haunted Room en début d’aprem, parce que je n’aurais pas été aussi franche si on était sortis de là à 22h !

Troisème étape : la Luck
La Luck c’est une brasserie / bar à jeux. Tu peux y manger des burgers, boire un mojito, mais surtout tu peux y rester plusieurs heures pour jouer à un ou plusieurs jeux de société, avec un droit d’accès de 5 € par personne. Il y a énormément de choix, et surtout il y a une équipe d’animateurs qui est là pour t’expliquer les règles ou encore déterminer si il y a triche ou non 😉
On a commencé avec Time Stories, un jeu que j’avais repéré chez le Farfadet Joueur (à Valenciennes) mais le prix (autour de 45 €) m’avait un peu refroidie puisque l’histoire de base ne se joue en gros qu’une fois (ou plus si tu as une mémoire de poisson rouge 😉 ). Mais heureusement il y a la Luck !
Bref, on a fait une bonne partie, j’ai vraiment beaucoup aimé le jeu, et notre animateur (Charles) nous a même dit qu’il a – perso – les extensions et que si on veut revenir jouer il suffit de laisser un petit mot pour qu’il les ramène !
On a aussi fait une partie de Splendor, un petit jeu qui ne m’emballait pas trop au départ mais auquel on prend vite goût.

Quatrième étape : l’hôtel Kanai
Nos amis avaient réservé une suite, avec un salon et un canapé lit, afin qu’on puisse prendre un apéro, se faire livrer à manger (Sushishop, mioum) et jouer aux jeux qu’on avait ramené : Blanc Manger Coco, Tokyo Train, le Roi des Nains …

J’ai été un peu déçue par la chambre, et surtout par l’absence de clim dans le salon : 4 personnes dans une petite pièce + une journée chaude = très très chaud dans le salon !! Pas de fenêtre, pas de clim (même si d’après la manager la clim de la chambre communiquait avec le salon, lol). On a eu hyper chaud pendant la nuit :-/
En plus la clim de la chambre était pleine de poussière (et la couette du canapé lit aussi, on a vu un nuage de poussière quand on l’a posée sur le lit Oo).

Cinquième étape : le brunch Be Yourself
C’est une des parties que j’attendais le plus, ça fait très longtemps que je dis à PapaJ que j’aimerais faire un brunch, sans qu’on en ait vraiment l’occasion.
Du coup les pancakes, les bagels et cie me faisaient de l’œil. Sauf que la formule a changé, nous avons eu pour 16 € par personne : 1 boisson chaude (très bon chocolat chaud pour moi), un jus d’orange qui ne semblait pas être fraîchement pressé, une baguette et une viennoiserie – pas cuite – ou un scone aux pépites de chocolat (lui était bon), puis une assiette avec pancakes, œufs brouillés et bacon,sauf que là encore les pancakes n’étaient pas cuits … J’ai fait la remarque en partant et nous avons eu des cookies en dédommagement.
Du coup j’ai été plutôt déçue par ce brunch que j’attendais tant :-/

Nous avons finalement récupéré les garçons, le visage de MiniJ s’est illuminé quand il m’a vue, ça m’a vraiment fait plaisir. Crapaud n’a pas arrêté de nous raconter ses exploits avec son cousin. Bon, j’ai quand même eu le droit à une maxi crise de larmes des 2 garçons quand je suis allée bouger la voiture, genre je les avais abandonnés …

Je retiens de ce weekend de très bons moments entre amis, on a d’ailleurs prévu de remettre ça bientôt avec une nouvelle tentative de Prison Break chez Team Break et un passage à la Luck !

Si vous êtes de passage sur Lille et que vous aimez les jeux de société, je vous le conseille vivement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

On a testé : Blue Dose des Laboratoires Gilbert (GiveAway)

Coup de fatigue passager ou grosse fatigue installée, période de stress, état général à l’image du temps ? Les Laboratoires Gilbert ont la solution : Blue Dose ! (pssst, on me dit qu’il y a un GiveAway en plus 😉 )
Blue Dose c’est un complément alimentaire sous forme d’unidoses (façon sérum phy) de liquide bleu. C’est surprenant au départ, mais en fait la couleur vient de la phycocyanine, actif de la spiruline (une algue bleu-vert).

Voici ce que disent les Laboratoires Gilbert sur Blue Dose :

100 % Naturel : les laboratoires pharmaceutiques Gilbert utilisent une souche pure de spiruline (Spirulina platensis) et une eau pure puisée au cœur du massif des Corbières dans le Languedoc – Roussillon.
100 %  préservée : Le processus d’extraction de la phycocyanine à partir d’une souche pure de spiruline fraîche associé au conditionnement en dose stérile des Laboratoires Gilbert préservent les molécules de l’extrait dans leur forme native avec toutes leurs propriétés biologiques.
Test KRL* : une forte capacité de défense anti-oxydante démontrée par un test biologique KRL. Le test biologique KRL consiste à mesurer l’activité anti-radicalaire d’un nutriment et sa capacité globale à protéger des cellules exposées à un stress oxydant donné.
(*test « kit radicaux libres » développé par le laboratoire Kirial international, à Dijon, dirigé par le docteur Michel Prost)

 La boîte de Blue Dose contient 20 unidoses de 10 ml, soit 20 jours de cure en préventif ou 10 jours de cure d’attaque.

A la base je devais tester Blue Dose, sauf que PapaJ était en pleine période de grosse fatigue et insomnies. Une fois n’est pas coutume (ha bah j’ai réussi à la caser celle-là !) je lui ai proposé de faire la cure d’attaque, soit 2 unidoses par jour.

Voici ce qu’il en a pensé :

Points positifs

  • Le format est pratique, les unidoses sont facilement transportables et il y a peu de risques de casse contrairement aux ampoules en verre qu’on retrouve habituellement.
  • Il n’y a pas de goût, donc pas de dégoût, et ça c’est super important !! Oui parce que perso j’ai testé du dentifrice aux algues, NEVER AGAIN !! Et je ne vous parle même pas de mon traitement pour la sinusite, avec des comprimés effervescent goût pamplemousse Oo
  • Il a commencé à se sentir moins fatigué au bout de 4 jours de cure.
  • J’adore la couleur 😉

Points négatifs

  • Je le rejoins sur ce point : il manque des informations sur la façon de prendre les doses : faut-il les boire directement, ou plutôt les diluer ?
  • Il n’a pas fini la cure d’attaque parce que à partir du jour 6 les doses ont commencé à avoir un goût, et vraiment la 2ème dose du jour 7 n’est pas passée … Il faudrait peut-être les conserver au frais ? (il fait au minimum 20 degrés chez nous, et on monte vite à 24 degrés quand il y a du soleil).
  • Le prix est un peu élevé : 29,90 € la boîte de 20 unidoses. Je pense que j’en achèterais plus facilement si la boîte était à 19,90 €.

Alors mis à part le changement de goût des doses sur la fin de cure, il est plutôt satisfait et c’est une cure qu’on pense refaire en préventif en hiver, ou en cas de coup de mou généralisé, histoire de se rebooster.

Et puisque mes partenaires sont super sympas, j’ai la possibilité de faire gagner une boîte de Blue Dose des Laboratoires Gilbert !
Pour valider la participation il suffit de me dire à quoi te fait penser ce bleu intense. Le GiveAway commence aujourd’hui et prendra fin le 25 mai 2017 à 22h00. Le tirage au sort sera fait dans la foulée, le gagnant sera contacté par mail et son nom sera indiqué en edit de ce billet.
Comme d’habitude, je vous invite à (re) lire les règles de base des GiveAway. Et bonne chance 😉

Edit du 26/05/2017 : La gagnante a été désignée par And the Winner Is, c’est donc Hélène Citrouille qui va recevoir une boîte de Blue Dose ! Merci pour vos participations 😉

Merci beaucoup aux Laboratoires Gilbert pour le test.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et si on allait vivre dans un autre pays ?

Et si on abandonnait tout, maison, voitures, boulot, famille, amis … et qu’on allait vivre dans un autre pays ?

Il y a plusieurs années déjà on en parlait parfois avec PapaJ, du genre « tu en penses quoi de l’Espagne ? ». Crapaud était petit, mon boulot ne me passionnait pas plus que ça, donc oui, j’aurais suivi PapaJ les yeux fermés.

Pour info PapaJ est développeur, il fait des applis iOS, des sites Web (tu connais pas encore Hanjie Star ??) … Et il est plutôt bon dans ce qu’il fait. Bref, il a souvent des contacts pro : Londres, Stockholm, sud de la France et plein d’autres encore. Mais jamais rien qui nous fasse vraiment réfléchir.

Il n’y a pas si longtemps, il a eu une proposition pour une destination qui nous fait vraiment envie : Montréal. Comme d’habitude il a cherché plus d’infos sur la boîte, et ça lui plaisait énormément. L’idée de partir à Montréal me donnait le sourire, parce que clairement il y a pire comme destination !
Il a passé un entretien, puis un nouveau, je l’entendais parler avec beaucoup d’intérêt, de passion même (lui qui est d’ordinaire plutôt introverti).

Du coup j’ai commencé à chercher des infos sur la vie à Montréal, et en bonne blogueuse j’ai cherché des blogs d’expats 😉
Je suis tombée sur 2 blogs plutôt sympas (dont Une Frenchie à Montréal ) et surtout qui ne donnaient pas qu’une vision toute positive de la vie à Montréal !
Montréal c’est magnifique l’été, entre pique nique et promenade dans les parcs de la ville, et c’est tout blanc l’hiver, il fait froid oui mais le froid n’est pas pareil qu’ici.
Le rythme de boulot semble sympa : fin de la journée à 17h (alors qu’en France il est mal vu de partir à l’heure, là-bas apparemment si tu n’as pas fini ton boulot c’est que tu n’as pas été productif). Bon par contre seulement 10 jours de congés payés par an, même si il est courant de prendre des jours sans solde.

Ce serait aussi une super expérience pour les garçons, une nouvelle culture, l’apprentissage plus facile de l’anglais.

Si on partait à Montréal, PapaJ aurait un visa de travail donc il serait lié à l’employeur. Si j’ai bien compris le principe, si le contrat était cassé le visa ne serait plus valable, merci de rentrer chez vous … De ce que j’ai lu, ça semble être un sujet très important pour les expats, un peu comme une épée de Damoclès.
Et puis, pour que je puisse avoir un visa facilement, il faudrait que je trouve un travail de suite. L’idée de changer complètement de vie, de chambouler la vie des garçons (qui le vivraient probablement mieux que moi) mais de ne pas pouvoir me poser avec eux pour prendre nos marques me fait peur.

Il faut dire aussi qu’on a pris nos marques dans notre vie de famille, on a deux enfants dont un qui va rentrer au CE1, après beaucoup de galère j’ai trouvé une bonne nounou, on a des amis / voisins avec qui on s’entend admirablement bien (on se dit même qu’on pourrait acheter un terrain en commun et construire nos maisons dessus 😉 ), il y a un peu le côté famille qui joue aussi.

Bref, plus PapaJ s’emballait pour cette opportunité, plus je me posais de questions. Une nuit j’ai fait un cauchemar juste horrible : on habitait en immeuble, dans une tour immense même, au dernier étage. La pièce était carrée avec des fenêtres sur tout le tour. Puis l’immeuble se mettait à tanguer, de plus en plus vite, de plus en plus fort. Je me suis réveillée quand nous étions collés aux fenêtres, parallèles au sol. Mon cœur battait très vite, trop vite, je tremblais, j’avais le souffle coupé. PapaJ m’a dit que c’était probablement le stress de Montréal …

Alors clairement, tout quitter du jour au lendemain pour démarrer une nouvelle vie dans un endroit inconnu (mais qui me tente bien, vraiment) ce serait une super opportunité.
Et puis PapaJ semble épanoui quand il en parle. Et ce serait vraiment une expérience enrichissante pour les garçons.

Mais, un peu égoïstement, l’idée de tout quitter me fait peur. Et si dans 6 mois il se rendait compte qu’en fait ce n’est pas ce qu’il veut faire ?
Nous n’aurions plus rien ici, plus de maison, plus de voiture, plus de meubles … ce n’est que du matériel mais j’ai du mal à m’imaginer sans rien.
On s’est finalement dit que, si vraiment on choisissait cette voie, il faudrait partir une dizaine de jours sur place pour être certains de notre choix.

Et puis j’en ai reparlé avec lui, et même si j’ai l’impression de passer à côté de quelque chose de chouette, je pense que dans le fond ce n’est pas ce qui convient à PapaJ.
Je ne sais pas si on regrettera cette décision à un moment, je pense juste que le choix aurait été plus facile il y a quelques années.

Et vous, vous seriez prêts à tout quitter pour changer de vie ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ces petites étapes qui font grandir : aller à l’école (presque) tout seul

La fin de l’année scolaire approche à grands pas, en septembre Crapaud sera  déjà au CE1. Je n’ai pas vu passer l’année scolaire : en septembre il commençait tout juste à déchiffrer les syllabes et dimanche il essayait de lire les sous-titres d’une série (« mais maman ça va trop vite ! » ^^). Bref, Crapaud grandit et je réfléchis de plus en plus à une étape de grand : le laisser aller à l’école tout seul, en tout cas pour faire un petit morceau du trajet.

En petite section, j’emmenais Crapaud jusqu’à sa salle de classe.
En moyenne section, il a fallu lâcher prise doucement et à partir de janvier je le laissais à l’entrée de l’école maternelle, entre la grille et la porte.
En grande section je le laissais à la grille (et ça m’arrangeait bien puisque j’avais un tout petit MiniJ). Parfois même, si je n’avais pas de place devant la grille, je le laissais un peu plus loin (genre 10-20 mètres quoi) et je le regardais aller jusqu’à l’école, souvent en courant.

Puis il y a eu la rentrée en primaire, l’étape du CP. Plan Vigipirate oblige, nous n’avons pas pu entrer avec lui dans la classe comme on nous l’avait annoncé (cœur de maman en miette).
Du coup au début je déposais Crapaud à la porte d’entrée, puis derrière les barrières de la mairie (en gros au niveau du toit « blanc »), et maintenant je le dépose généralement derrière les barrières de la limite de la route, à 50 mètres environ de la porte d’entrée de l’école (le trajet en bleu).
Le côté positif c’est que quand je le dépose à cet endroit je peux le regarder rentrer dans l’école. Il y a un mois à peu près je le suivais du regard et d’un coup je ne l’ai plus vu, énorme coup de stress ! En fait c’est juste qu’il y avait une maman qui marchait derrière lui …

Hier matin je n’avais pas MiniJ, et en plus on était un peu en avance (ou plutôt pas en retard quoi ^^).
Du coup je me suis garée sur le parking de l’autre côté de l’école et je l’ai accompagné jusqu’à la porte (précision : c’est lui qui veut que je l’amène jusqu’à la porte).
Sur le chemin je lui ai dit que, si il veut, quand il sera au CE1, je pourrais parfois le déposer sur le parking et qu’il pourrait faire le chemin restant seul (le trajet en rouge).
Je lui ai dit que c’était une étape de grand. Il m’a dit qu’il veut bien, et qu’il fera très attention pour traverser la route. Donc le petit bout de voie entre la place de parking et le trottoir, sur une place, en sens unique, et avec moi juste à côté. Je crois qu’avec ces paramètres je peux le laisser traverser en effet 😉

Bref, ce matin nous n’étions pas en retard (3 jours de suite, c’est louche !) et je lui ai demandé si il voulait essayer aujourd’hui.
Je l’ai observé, il a regardé 3 fois de chaque côté avant de traverser, puis il est parti en sautillant / courant. Je dois bien avouer que j’ai senti un poids énorme sur l’estomac quand il a disparu de mon champs de vision, mais je sais qu’il va être super fier de raconter son exploit à tout le monde !
(Pour situer un peu, le mur du fond sur la photo en bas à droite c’est au niveau de la pointe rouge la plus haute du plan, juste avant de rejoindre le trait bleu).
Aujourd’hui j’ai vu mon tout petit bébé de 6 ans faire un bout de chemin pour aller à l’école tout seul, et je l’ai vu grandir d’un coup !
Bon par contre clairement moi je ne suis pas encore tout à fait prête à le laisser partir, j’ai presque envie d’être en retard demain pour le déposer devant l’entrée 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai testé : les bracelets d’identification Stikets

Les beaux jours reviennent, et avec eux les promenades en famille, les sorties dans les parcs animaliers, les parcs d’attractions, les journées à la plage … Parmi mes peurs de maman, il y a celle de perdre mes enfants. Qui n’a jamais eu de coup de stress à la plage en cherchant du regard son enfant (ou même nos parents quand nous étions petits !).
Les bracelets d’identification Stikets sont une bonne solution pour qu’on puisse facilement vous joindre si votre enfant se perd.
Perdre (de vue) son enfant ça n’arrive pas qu’aux autres, ce n’est pas une question d’être ou non bon parent. Il suffit d’un quart de demi-seconde d’inattention, d’une feuille qui s’envole et attire l’attention de votre bambin, d’un chien qui passe … Et puis il y a des enfants qui feraient de bons apprentis magiciens avec leur capacité à disparaître !

L’année dernière nous sommes partis 2 semaines en Espagne pour les vacances d’été. Promenades en ville, plage, restos … Plein plein de moments potentiellement angoissants quoi !
En sachant que PapaJ est le seul qui a quelques bases d’espagnol mais qu’il n’aime pas parler, que je ne parle pas du tout espagnol et que Crapaud n’arrive déjà pas à imprimer mon numéro de téléphone en français, alors le dire en espagnol ce n’était pas gagné.

Bref, j’ai cherché des solutions pour pouvoir indiquer mon numéro de téléphone sur les garçons :

  • la solution pas chère du marqueur avec du pansement liquide, sauf que MiniJ est trop petit pour ça,
  • le tatouage temporaire mais pareil, MiniJ trop petit. Et le tatouage définitif … bah faut être sûr de ne pas changer de numéro de téléphone 😉
  • le marquage des vêtements mais encore faut-il que l’adulte qui trouve l’enfant perdu pense à vérifier les étiquettes …

Je suis tombée également sur les bracelets d’identification, un peu comme les bracelets de festival, mais j’avais peur que les modèles soient trop grands pour le petit poignet de MiniJ (sans compter qu’il avait les poignets quasi aussi gros que les mains, donc les bracelets risquaient de glisser facilement).

Lors de mes recherches je suis tombée sur le site Stikets, où l’on trouve des solutions de marquage pour vêtements, chaussures, des étiquettes autocollantes, des packs spécial école mais aussi des bracelets d’identification en tissu.
Les bracelets d’identification Stikets sont indéchirables, waterproof, hypoallergéniques, anti-transpirant, réglables et surtout entièrement personnalisables.

La personnalisation du bracelet se fait très rapidement, le plus difficile étant de choisir entre les choix de tissu, dessin et typo ! Côté texte on peut insérer 2 lignes, et la taille du texte s’adapte au nombre de caractère.
Les bracelets peuvent être commandés par 3 (10,95 €), par 6 (12,95 €, soit 41 % de remise) ou par 9 (14,95 €, soit 54 % de remise).
La livraison est rapide, entre 4 à 6 jours, et elle est gratuite à partir de 9 € d’achat.

J’ai laissé Crapaud choisir son bracelet, et après avoir longtemps hésité entre les différents choix de tissu il a finalement décidé de prendre le thème espace, mais avec un dragon de feu 😉
J’ai créé celui de MiniJ, fait plusieurs tests, mis un bracelet dans le panier, puis j’ai testé une nouvelle combinaison … Bref j’ai pris un bracelet aux motifs un peu tribal et un petit bateau pour mon petit bonhomme aux yeux bleus.
Pour le texte, sur la première ligne j’ai mis le prénom, le nom et le pays (histoire que la personne sache quelle langue parler … en théorie en tout cas). Sur la seconde ligne j’ai inscrit mon numéro de téléphone avec l’indicatif international.

J’ai reçu très rapidement les bracelets et j’avais juste hâte d’être en vacances pour pouvoir les utiliser.
J’ai accroché celui de Crapaud au poignet et celui de MiniJ à sa cheville. En effet le tissu est très doux, très solide. Les garçons n’ont pas du tout été gênés par le bracelet, que ce soit en promenade, à la piscine, à la mer ou sous la douche.

J’ai coupé les bracelets à notre retour, et même après 2 semaines les bracelets étaient en bon état, l’étiquette d’identification commençait tout juste à se décoller sur un coin.

Bref, je suis plus que satisfaite des bracelets d’identification Stikets, au final je n’en ai utilisé qu’un par enfant, j’en ai donc encore en réserve pour nos vacances d’été 2017 !
Vous pouvez retrouver les produits sur le site Internet Stikets, et n’hésitez pas à suivre la page Facebook Stikets non plus.

Je remercie Stikets pour ce test qui m’a permis de passer des vacances en étant un peu moins stressée 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Test et Avis : Présent Durable, les emballages cadeaux en tissu

Emballer ses cadeaux différemment, de façon écologique et solidaire, c’est possible. Voici mon retour sur les emballages cadeaux en tissu Présent Durable.

J’aime bien faire des cadeaux (et en recevoir aussi), mais je ne suis pas ultra fan du passage par la case papier cadeau. Quand je peux le faire et que je sais que la personne en face ne boudera pas parce qu’elle n’a pas du papier cadeau à déchirer, j’utilise des sacs en papier épais (un peu comme ceux des parfumeries). Sauf que je suis vite venue à bout de ces petits sacs. J’utilise aussi parfois les pochons récupérés pendant mon abonnement My Little Box, mais ils sont petits donc leur utilisation est limitée.

L’année dernière, pour l’anniversaire de MiniJ, j’ai eu l’occasion de tester un emballage cadeau en tissu Présent Durable.
Présent Durable c’est l’histoire de Claire Serbit qui a lancé, fin 2015, une gamme d’emballages cadeau en tissu recyclé (issu de rideaux, saris, vêtements …) confectionnés en France, dans un atelier ESAT (qui emploie des travailleurs handicapés) ou dans un atelier de couture pour les grosses commandes.
La nouvelle collection est réalisée notamment avec du coton sélectionné par Présent Durable et certifié Oeko-Tex Standard 100. Cette norme écologique dans le secteur textile certifie l’absence de substances toxiques pour l’homme ou l’environnement dans le produit fini.

Les emballages cadeaux en tissu sont réutilisables, lavables, solides, jolis. On peut choisir de les offrir avec le cadeau ou le récupérer. Finis les tas de papiers cadeaux qui encombrent les poubelles ! En plus c’est écologique, responsable et solidaire.

J’ai eu l’occasion de tester un emballage pour le premier anniversaire de MiniJ, qu’on a fêté en Espagne. Je dois avouer que le timing tombait plutôt bien, je ne savais pas trop comment faire pour mettre les cadeaux de MiniJ dans les sacs (déjà bien remplis) et pour les emballer sur place. Et puis même si c’était son premier anniversaire, je voulais que MiniJ ait le plaisir de découvrir ce qui était emballé.

J’ai donc sorti les cadeaux de leurs emballages, je les ai mis dans la pochette  puis j’ai mis le tout dans un de nos sacs de voyage. Gros avantage par rapport à un emballage cadeau en papier : aucun risque de retrouver l’emballage déchiré ou abîmé !

A notre retour de vacances nous avons fêté l’anniversaire d’une amie, j’ai décidé d’emballer ses cadeaux dans la pochette et de lui offrir avec, je savais que ça lui ferait plaisir. J’ai réussi mon coup parce qu’elle était agréablement surprise et qu’elle utilise aujourd’hui la pochette avec son sac à langer !

Les pochettes Présent Durable existent en plusieurs tailles,  formats et coloris. On peut même trouver des furoshikis, ces tissus d’emballage japonais ! Il y en a pour tous les goûts sur la boutique en ligne Présent Durable.
Côté prix, cela va de 7,50 € à 13,50 €.
Personnellement je suis conquise par cette méthode, et je vais doucement me faire un petit stock de pochettes Présent Durable afin de supprimer autant que possible les emballages papier.

Je remercie Claire et Présent Durable pour ce test.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !