MiniJ et la cryptorchidie

Non, on ne va pas parler botanique, mais – comme depuis les 4 derniers mois avec MiniJ – de santé ! Aujourd’hui je vous présente de tout nouvel épisode de la saga : MiniJ et la cryptorchidie.
MiniJ_cryptorchidiePetite mise en situation : autour de 6 mois, mon médecin traitant m’avait dit une fois de regarder si les testicules de MiniJ descendaient bien, ce que je faisais mais sans plus, parfois ils étaient là et parfois non. Et puis il y a eu la consultation avec le pédiatre gastroentérologue (dans l’épisode MiniJ et la constipation) où la pédiatre m’a demandé si mon généraliste avait déjà remarqué que ses testicules n’étaient pas descendus

J’en ai reparlé à mon médecin, il a examiné MiniJ et nous a envoyé faire une échographie pour savoir ce qu’il en était exactement. Il faut dire que le testicule gauche est souvent plus présent que le droit, qui lui a plutôt tendance à être assez haut, mais en « trifouillant » on arrive plus ou moins à les faire descendre.
Nous voici à l’échographie, et le médecin nous dit « vous êtes sûre qu’ils sont déjà descendus ? Parce que là pour moi ils sont coincés dans le canal inguinal, mais pas étranglés ». Bon, en même temps il a juste regardé où étaient les testicules sans chercher à les faire bouger …

Retour chez le médecin traitant, il me propose de voir soit un urologue soit un chirurgien pédiatre, avec une préférence pour ce dernier (surtout que l’urologue nous aurait probablement envoyé vers le chirurgien pédiatre !). J’appelle le Centre Hospitalier de Valenciennes et, surprise, rdv la semaine suivante !!

Ce mercredi nous avions donc rdv avec le chirurgien pédiatre, 1h de retard suite à une opération en urgence le matin, mais il y avait un coin avec des jouets pour les enfants donc c’est passé assez vite pour mon MiniJ tout fatigué.
CHV consultation pédiatre mamancherry
Alors voilà, de bases les cordons testiculaires sont trop courts, c’est pour ça que les testicules descendent parfois mais remontent presque aussitôt. Il nous a expliqué que, même au plus bas, les testicules devraient pouvoir descendre encore 1 cm plus bas ! Il m’a posé beaucoup de questions, comme est-ce que je vois souvent les testicules dans les bourses, sinon où ils sont situés, … Je lui ai donc dit que j’avais remarqué que le testicule gauche descend facilement mais remonte aussi facilement, alors que le droit à plutôt tendance à être plus haut, voire même que parfois je ne le trouve pas.
Pour le testicule gauche il conseille un suivi sur 6 à 12 mois pour voir l’évolution, par contre il y a pour le testicule droit une cryptorchidie.

« La cryptorchidie, ou testicule non descendu, correspond à l’absence du testicule dans la bourse. Elle est due à un défaut de migration du testicule de l’abdomen vers les bourses pendant la vie fœtale. Le testicule est absent des bourses mais se trouve sur le trajet normal de sa migration de l’abdomen vers le scrotum. »
L’appareil génital se forme dans l’abdomen du fœtus. D’abord indifférencié, il devient testicules chez le garçon et ovaires chez la fille sous l’influence de facteurs hormonaux et génétiques au 2e mois de grossesse. À partir du troisième mois de grossesse, les testicules migrent vers l’aine, puis descendent dans les bourses. Cette migration se termine dans les deux dermiers mois de grossesse. C’est cette étape qui est incomplète en cas de cryptorchidie.
Pour fabriquer des spermatozoïdes de bonne qualité, les testicules doivent se trouver à une température de 33 à 34 °C, soit moins que la température du corps (37 °C). C’est pourquoi il est important qu’ils soient positionnés dans les bourses, à l’extérieur du corps. »
(source www.amelie-sante.fr)

Il y a plusieurs facteurs de risque :

  • la prématurité, un petit poids de naissance, ou une naissance par le siège ;
  • une prédisposition familiale : existence de malformations uro-génitales chez le père ou les frères (cryptorchidie, hypospadias, micropénis) ;
  • la présence d’obésité, de diabète ou d’hypertension artérielle chez la mère ;
  • le tabagisme chez le père et/ou la mère ;
  • la consommation d’alcool chez la mère ;
  • l’exposition à des produits (appelés perturbateurs endocriniens) susceptibles de dérégler l’action des hormones. Ces produits peuvent être présents dans l’alimentation (phyto-œstrogènes naturellement présents dans les germes de blé ou le soja, bisphénols, phtalates, résidus de pesticides ou de détergents), dans l’environnement (polluants organiques, pesticides, métaux lourds, etc.), ou dans les cosmétiques (parabens, phtalates, etc.).

MiniJ est né une semaine avant terme avec 3,3 kg, pas de prédisposition (à priori), on ne fume pas, je ne bois pas. Côté perturbateurs endocriniens, je n’en ai aucune idée.
Par contre je suis obèse et j’ai fait du diabète gestationnel pendant la grossesse de MiniJ.

Parmi les complications de la cryptorchidie, il y a notamment des problèmes de fertilité voire même une infertilité.

Bref, le chirurgien nous a parlé de l’opération pour le testicule droit : chirurgie ambulatoire, anesthésie (on attend le rdv mais je pense que ce sera une générale), 45 minutes d’intervention, une petite incision au niveau des bourses et une plus important au niveau de l’aine (il me semble).
Un petit pansement pendant 3 jours max en bas, pendant une semaine environ en haut, pas de soins infirmier. Il faudra le laisser en couche et vêtement ample, comme un pyjama bien large, et éviter les bodys trop serrés par la suite (mais avec ses jambons je prends déjà des bodys H&M qui sont assez amples ^^) (du coup je vais essayer de trouver 1 ou 2 sarouels, en journée ça sera mieux je pense).
Le chirurgien pense qu’il faudra également opérer pour le testicule gauche, mais qu’une seule petite incision devrait être suffisante.

J’ai beaucoup apprécié ce médecin qui a été très doux avec MiniJ et nous a très bien expliqué les choses. J’ai aussi aimé le « avant on disait que ça allait descendre tout seul mais c’est faux », et là j’ai pensé très fort « merci » parce que j’en ai marre qu’on me dise que c’est naturel, que ça va descendre tout seul, qu’avant on ne faisait pas de chichis et que maintenant c’est juste pour donner des sous aux médecins. Les cordons testiculaires de MiniJ sont trop courts, les testicules ne pourront jamais descendre plus bas, c’est un fait.

Bref, la chirurgie est prévue pour fin mars. Le chirurgien m’a proposé un lundi début mars ou un jeudi fin mars, j’ai préféré le jeudi comme ça je pose deux jours de CP (ouais, les CP pour partir en vacances c’est surfait !) pour rester avec MiniJ le vendredi aussi et éviter au max les déplacements en voiture.

Pour l’instant je suis plus soulagée que stressée, soulagée qu’on ne soit pas passés à côté, soulagée d’avoir eu face à nous des professionnels qui n’ont pas été condescendants mais compréhensifs. Bon, par contre je pense qu’en mars il faudra éviter de me parler 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *