L’allaitement et moi

L’allaitement pour moi c’est un truc un peu magique, personnel. Chaque personne a sa vision des choses, bien entendu, et je ne cherche pas à faire un débat – il y en a déjà bien assez comme ça – je veux juste raconter mon histoire.

D’aussi loin que je peux me souvenir, je revois ma mère faire des biberons pour les 2 derniers mais impossible de me rappeler de leurs premiers mois. Pour mes nièces / neveux, j’ai quelques images de ma sœur allaitant mais rien de vraiment marquant. Il faut dire que j’étais ado et que je ne la voyais pas souvent :-/
Quand j’ai vu le fameux + apparaître sur le test de grossesse, il y a eu un énorme chamboulement en moi : j’en avais tellement envie mais en même temps je n’étais pas prête. Il y a eu beaucoup de questions et énormément d’évidences !

  • * j’accoucherais à la maternité, avec péridurale. J’ai décidé lors des cours de « préparation à la parentalité » que j’accoucherais à quatre pattes ou sur le côté (et je peux vous dire que plein de gens ont du me prendre pour une folle …)
  • * mon bébé dormirait dans sa chambre et non pas dans la notre, et non je n’allais pas céder à la panique et aller voir toutes les 30 minutes si il respirait encore ! Bon j’avoue, parfois c’était dur ^^
  • * je l’allaiterais. Je ne me suis pas posé la question, je le savais déjà au fond de moi même si je n’y avais jamais vraiment pensé.
Alors voilà, premier trimestre de grossesse, mes seins ont déjà gonflé et je sais qu’il faudra que je me prépare. Pendant la grossesse je ne me suis pas renseignée plus que ça sur l’allaitement, j’ai juste prévu un lot de biberon « au cas où » et un soutien gorge d’allaitement. J’ai regardé quelques vidéos d’accouchement (chui maso !!) et j’ai vu que le bébé cherche le sein tout seul. Je trouve ça super mignon.
Dernier mois, ma poitrine se prépare gentiment avec des mini fuites mais rien de bien méchant. La sage femme nous a expliqué qu’il y a toujours une possibilité pour que l’allaitement maternel ne fonctionne pas, donc je garde l’idée dans un coin de ma tête mais je la laisse de côté, on verra bien !

Naissance de Crapaud : quand il est déposé sur mon ventre en peau à peau, c’est juste magique et je suis submergée d’émotions. On m’explique donc que mon fils va chercher le sein seul, que ça peut prendre un petit peu de temps. Sauf que Crapaud est déjà un estomac sur pattes et il trouve très vite la source nourricière ^^. Là je ne sais pas trop comment expliquer ce qu’il s’est passé, je me suis sentie complète, je ne faisais qu’un avec mon bébé. J’étais heureuse.

La montée de lait a été un peu moins fun, je comprends mieux pourquoi on appelle ça la « java » ! Seins engorgés, Crapaud qui réclame toutes les 15 minutes, pas moyen de dormir, grosses fuites, douleurs lors de la tétée (c’était à cause de son frein de langue, une fois coupé ça allait tout seul). J’ai essayé plusieurs positions avec deux préférées : la madone et le ballon de rugby. J’évite d’écouter les remarques de l’équipe médicale qui ne sait pas s’accorder sur la question de l’allaitement « toutes les 3 heures » ou « toutes les 4 heures » ou encore « quand il réclame ». J’ai évidemment gardé le dernier principe, celui de l’allaitement à la demande.

Retour à la maison. L’allaitement se passe plutôt bien le premier mois, je suis fatiguée mais c’est tellement bien. Papa J n’est pas frustré contrairement à ce que j’ai pu entendre ou lire, il apprécie tout autant le moment de la tétée. Il a même développé une application iPhone « Tétée » juste pour moi ♥. Tout pour noter l’heure et la durée des tétées (purement informatif pour ma part, histoire de voir les pics de demandes, …) mais aussi la durée des dodos.

Lorsque Crapaud a eu un mois, j’ai décidé d’intégrer doucement le biberon pour l’habituer à sa future vie chez nounou. Hop, direction le médecin traitant pour avoir une ordonnance et pouvoir louer un tire-lait en pharmacie. Là je peux vous dire que quand j’ai vu la bête j’ai eu peur !! Une grosse valise avec un tire-lait Medela avec possibilité de faire les deux seins en même temps (le rêve !). Je me suis beaucoup énervée parce que je n’arrivais pas vraiment à un bon résultat, cette méthode ne me convenait pas parce que le rythme pendant la tétée de Crapaud n’était pas toujours le même : au début il tirait doucement puis il se mettait à faire des tétées plus longue. Du coup je me suis tournée vers un tire-lait manuel Avent, que j’ai trouvé en import Angletterre – neuf hein ! – pour 10€ de moins qu’en France … Dès que je l’ai testé je l’ai trouvé beaucoup plus pratique que le tire-lait électrique parce que je pouvais gérer moi même le rythme en faisant des pressions plus ou moins longues. En plus j’ai acheté les petits pots de conservation Avent et je m’en sers toujours pour les compotes et flans ^^

On arrive au moment qui m’a le plus frustré, la fin de l’allaitement : reprise du boulot, Crapaud a 2 mois 1/2. J’ai fait des réserves de lait que j’ai congelé, la nounou est ok pour lui donner, et je continuer à tirer mon lait à la maison et au boulot – d’ailleurs les bureaux ne sont pas du tout adaptés et je suis obligée d’aller dans les toilettes pour tirer mon lait, c’est vraiment pas cool ! J’apprécie toujours la tétée le matin, le midi (j’ai la chance de pouvoir le récupérer) et le soir. Crapaud fait beaucoup de coliques, mes nuits sont courtes et hachées. Je suis crevée et ma lactation s’en ressent. Je tente le galactogyl mais au bout de 3 semaines Crapaud ne semble plus satisfait par la tétée, je suis obligée de passer en mixte. Tétée le matin et le soir et lait infantile chez la nounou. Au bout d’une semaine Crapaud ne veut plus de la tétée du soir, il pleure et réclame encore et encore. Ça me fait mal de devoir arrêter comme ça, mais c’est ce que Crapaud veut. Et je suis si fatiguée que je n’arrive plus à stimuler la lactation. La décision est prise, Crapaud passe au lait infantile.

Depuis je retourne la question dans tous les sens : est-ce que je n’aurais pas dû chercher à faire durer l’allaitement ? Qu’est-ce que j’ai raté ? Bon, le côté positif c’est que Doudou c’est un cadeau pharmacie par le fabricant de lait ^^
Malgré tout, je garde un très bon souvenir général de l’allaitement, je recommencerai sans problème puisque maintenant je suis mieux informée et plus à l’aise. Du coup si je peux, pour bébé 2, je prends un congé parental pour tenir le plus longtemps possible !

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 réflexions au sujet de « L’allaitement et moi »

  1. Coucou Karine, comme toi j’ai toujours su que je voulais allaiter, ça m’a pris quand j’étais ado, je me suis dis le jour ou j’aurais des enfants j’allaiterai ! naissance de samuel en janvier 2009, il m’est aussitôt enlevé pour des problèmes respiratoires et il est mit en couveuse, je n’ai donc pas eu le temps de lui donner la fameuse têtée d’accueil, et j’ai eu beaucoup de mal à l’accepter, en plus je n’ai pu faire du peau à peau que le lendemain matin très tard (étant donné que c’était mon premier, elles avaient décidée qu’il fallait le laisser dormir…) première tétée magique, et montée de lait super rapide, dans les 24 heures et mon allaitemnent magique, magique à duré duré duré j’ai allaité à la demande, mais j’ai noté toutes les têtées ! j’ai poursuivi jusqu’à ses 24 mois, je tirais mon lait le matin avant de le déposer la crèche et je lui donnais l’autre sein pendant ce temps là ! puis à ses 18 mois je tombe enceinte (j’avais entendu parler du fait que allaiter pendant la grossesse peut provoquer des conctrations) je continue quand même de l’allaiter jusqu’à ce 27 décembre 2010, je ne sais pas pourquoi, il s’arrête de têter du jour au lendemain (était ce à cause du goût du lait qui avait changé comme j’étais enceinte ? je ne saurais jamais ???) Août 2011 naissance d’alexis, après presque 6 – 7 mois d’arrête d’allaitement je remets ça avec la naissance d’Alexis, mais alors là accouchement magique (pas comme le premier qui avait duré 24 heures), alexis est arrivé en 6 heures, a peine sorti du ventre, je l’ai sur moi, je lui donne la têtée d’accueil, c’est magique !!!!!! allaitement à là demande comme son frère, mais je m’y prends pas pareil, je ne note pas, je suis moins inquiète, mais alexis est un petit glouton pendant 16 mois il m’a réveillé toutes les nuits jusqu’à 6 fois par nuit, je suis épuisée, mais je continue à le nourrir ! et je tire mon lait au travail, je suis fière de ma production, 330 ml tous les jours ! je suis fière de moi ! et à ses 18 mois oh malheur, début de la marche début de l’indépendance, il arrête de têter du jour au lendemain, je n’y suis pas du tout prête, j’ai fais une sorte de mini dépression pendant deux mois, je ne supportais pas de voir des photos de bb allaités ! mais maintenant ça va mieux, j’ai accepté le fait qu’il grandisse et qu’il prenne de l’autonomie.

    En tout cas j’aurais eu deux beaux allaitement de 2 ans et 17 mois.

    Voilà…

    Désolée du pavé !

  2. pareil ici j’ai toujours su que j’allaiterais mes enfants, c’était évident et la question ne se posait même pas, durant mes grossesses je n’avais rien prévu dans le cas où je n’aurais pas pu allaiter car cela ne m’était même pas venu à l’idée qu’il en soit autrement !
    bref, tétée d’accueil pour les 3, moments merveilleux et inoubliables, des bons mangeurs entre 30 et 40 min par sein dés la toute première tétée…. des petits soucis d’engorgement pour le dernier en sortant de maternité mais malgré les nuits passées sous la fièvre et les douleurs durant les tétées je ne me suis jamais dit « tant pis j’arrête », j’avais juste hâte que les seins se désengorgent pour que je puisse mieux profité de ces instants…
    côté papa aucunes frustrations, vu que papa n’était pas déjà à l’aise pour les prendre à bras (toujours peur de trop les serrer ou bien de leur mal ^^ ah ces hommes)
    comme toi j’ai eu plusieurs discours à la maternité, pour la première dès la deuxième nuit il lui arrivait de dormir 5 h sans réclamer le sein, du coup je la laissais dormir et j’ai eu des remarques comme quoi il aurait fallu la reveiller au maximum au bout de 4h pour la nourrir heu moi je pars du principe que si tu me réveilles à 2h du mat avec une assiette de cassoulet je ne mangerais pas !). Pour le 2ème, arrivé juste 4 semaines avant terme (donc à 8 mois) vu son tout petit poids il réclamait souvent, la première nuit à la mater il m’a réveillé toutes les 2h pour manger, évidement le lendemain sa courbe de poids avant bien remonté et cette fois j’ai eu des remarques comme quoi j’aurais du le laisser attendre un petit peu que toutes les 2h c’était beaucoup trop !!
    heu bon au bout d’un moment faudrait savoir quoi !
    mais pour les 3 j’ai toujours suivi mon instinct maternelle et je les ai tous allaité à la demande ! pour la première je notais à chaque fois l’heure et combien de temps, pour le deuxième je me contentais de regarder ma montre et pour le troisième il m’est souvent arrivé de regarder ma montre en me disant « mince à quelle heure il a commencé ? »
    ^^
    juste un petit point sur les pics de croissance, car j’ai connu ça avec les trois mais je n’ai appris ce que c’était que pour le dernier, et encore c’est en cherchant sur le net car personne ne m’en avait parlé
    je parle de ça car c’est peut être le soucis que tu as eu avec crapaud à la fin quand tu dis qu’il réclamait de plus en plus !
    les pics de croissance sont généralement à 3 semaines, 6 semaines, 3 mois et 6 mois, ce sont des périodes où les bébés réclament plus en quantité et plus souvent dans la journée, voire même dans la nuit même pour des bébés qu’ils faisaient déjà leur nuit
    pour la première ça s’est ressenti seulement à 6 mois, elle réclamait plus dans la journée et se réveillait de plus en plus tôt le matin, je pensais que c’était mon lait qui n’était plus assez consistant et je suis donc passer à contre coeur au lait infantile… idem pour le deuxième vers 5 mois et demi, moi qui voulait dès le début tenir plus longtemps que pour la première bah c’était râté je pensais à nouveau que ça venait de mon lait et j’ai arrêté
    ici quand le troisième m’a fait à 6 semaines je n’étais vraiment pas prête à arrêter si tôt et en faisant des recherches sur le net j’ai découvert ses fameux pics de croissance, j’ai donc continuer l’allaitement sur demande (bien crevant avec les deux autres monstres à la maison ^^) et j’y ai eu droit également à ses 3 mois, pendant une semaine il mangeait quasi toutes les 2h/2h30 la journée mais faisait quand même ses nuits (ouf)
    aujourd’hui je suis fière d’avoir passer ses caps sans céder, je regrette juste ne pas l’avoir su pour la première, j’aurais tellement aimé l’allaiter plus longtemps
    mais bon je ne regrette rien, le passage au lait infantile c’est toujours bien fait et au moins je pouvais faire participer papa et aussi mamie qui n’attendait que ça ^^

    petite parenthèse sur les tire lait, j’ai également préféré de loin le tire manuel Avent que le tire lait loué à la pharmacie, une torture et j’avais l’impression d’être une vache !

    super ton article ça m’a fait revivre mes propres périodes d’allaitement, des moments magiques !

    1. Merci pour le partage d’expérience ! Oui c’était probablement un pic de croissance, mais entre la reprise aux 39h et les coliques la nuit, j’étais tellement en mode zombie qu’une fois je me suis réveillée et il était avec moi, dans le lit, en train de téter. Sauf que je ne me souvenais pas m’être levée !!
      J’espère vraiment que pour le petit frère / la petite soeur on tiendra plus longtemps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *