Mon accouchement, le début de notre vie à 3

Il y a un peu plus d’une semaine (je sais, je suis en retard …) je vous racontais mon dernier trimestre de grossesse. Reste donc à vous raconter mon accouchement. Je vous préviens il y a de la lecture ^^

Pour rappel, Crapaud était attendu le 23/12/2010, mais il n’était toujours pas arrivé pour Noël. Nous avions donc rdv à la maternité le lundi 27 décembre 2010 à 8h30 pour déclencher l’accouchement.

Début des contractions

Nous sommes le dimanche 26 décembre 2010, il est 4h00 du matin. Je me réveille avec une grosse contraction. Bon, comme on est allés plusieurs fois à la maternité pour rien, je prends du spasfon et je me rendors. Je suis tellement fatiguée que je me rendors direct hein, les deux dernières semaines je ne dormais que 6 heures par nuit environ !
Sauf que 10 minutes plus tard je me re-réveille avec une grosse contraction qui fait bien mal, genre la méga crampe au mollet. Je prends sur moi, je me plie en deux, j’essaie de ne pas réveiller Papa J qui grogne à chaque fois que j’ai une contraction.

8h00 du matin. Toujours des contractions toutes les 10 minutes, le spasfon n’agit pas. Je n’arrive plus à me rendormir et je gène Papa J à chaque fois. Je décide de me lever … pour me remettre dans le canapé. Je reprends deux spasfons. Je me dis qu’on a rdv le lendemain matin, alors que je ne vais pas y aller pour rien quand même !! Les heures passent, je suis dans le pâté mais chaque contraction est plus douloureuse que la précédente. Parfois elles sont espacées de 5 minutes, parfois elles sont espacées de 15 minutes. Comme je me rappelle des paroles de la sage-femme « vous ne venez que quand elles sont espacées de 3 minutes et que ça dure depuis 2 heures », je me dis que ce n’est pas la peine d’y aller.Quand Papa J se réveille (enfin !) il vient me voir et me demande si je veux qu’on y aille, je lui réponds que non, c’est surement encore un faux travail. Je me repose au mieux et je souffre « en silence » (donc je gémis, je pleure, je tords les coussins …)

15h30. Les contractions sont espacées de 5 à 10 minutes, j’utilise l’appli iPhone que j’ai installé sur celui de Papa J pour voir un peu ce que ça donne. Le spasfon ne sert pas à grand chose, je décide de prendre un bain. Je mets un maximum d’eau bien bien chaude, je me glisse dans l’eau en me disant que ça va se calmer, sauf que pas du tout. J’ai de plus en plus mal, je balance des put***, je jure comme un charretier, je pleure. Les contractions arrivent de plus en plus vite, de 3 à 5 minutes. Je n’en peux plus, Papa J n’aime pas me voir souffrir et décide de préparer les sacs et d’aller à la maternité. Dans le pire des cas comme j’ai rdv le lendemain matin pour déclencher ils me garderont peut être !

Arrivés à la maternité

17h00. Après un trajet plutôt rapide on arrive aux urgences maternité, mais la sage femme est occupée et on doit attendre 15 minutes. Je pleure (et pourtant j’ai une bonne tolérance à la douleur, je suis migraineuse …), je suis blanche, j’ai sacrément mal. J’entends des gens qui parlent et qui s’étonnent que personne ne me prenne en charge. On me demande mon nom pour aller chercher mon dossier, puis on revient me voir pour savoir si je suis bien sûre d’avoir un dossier. Je crois que je vais taper quelqu’un !! En fait mon dossier était préparé pour le lendemain matin … Finalement on nous fait monter pour un examen du col.

A l’examen le col n’a pas bougé, il est toujours long. La gynéco de service me parle d’une éventuelle césarienne si le déclenchement prévu le lendemain ne fait pas bouger les choses. Comme je le pensais, vu les douleurs des contractions, ils décident de me garder pour la nuit et de me surveiller. Ce sera le premier monitoring de mon séjour. Histoire de calmer les contractions et aider bébé à appuyer sur le col, une sage femme super sympa montre à Papa J comment me masser le dos, et elle apporte un balon pour essayer de bouger. On me propose de manger un petit peu (je n’ai pas mangé de la journée), mais ça a du mal à passer. On passe une nuit très longue, aucun de nous n’est installé confortablement (Papa J préfère rester dans un siège à côté de moi plutôt que d’aller dans le lit dispo, il me tient la main à chaque contraction).

Le 27 décembre 2010, vers 7h00. Je ne suis vraiment pas bien, je suis crevée. Je prends une douche, l’eau chaude me fait du bien. En sortant je sens une agréable odeur de chocolat chaud et je me dis que quelqu’un a beaucoup de chance. Je rentre dans la chambre et je vois Papa J avec une tasse à la main ! Je l’ai vraiment envié, mais la sage femme n’a pas voulu que je boive. Nouvel examen : le col commence à évoluer. Il faut que je fasse des exercices appris en cours de préparation à l’accouchement. Juste au moment où j’allais me poser sur un ballon une gentille dame est venue me proposer de prendre un bain à bulles. J’ai accepté direct ! Bon ils m’ont prévenu hein, « pour certaines ça change rien, pour d’autres on a pas le temps de poser la péridurale ! ». Et la j’ai pris un bain pendant plus d’une heure, je me suis reposée et à chaque contraction je faisais couler de l’eau chaude sur mon ventre. Papa J en a profité pour se reposer. Au bout d’un moment j’ai ressenti quelque chose d’étrange et j’ai demandé à sortir. Nouvel examen : le col est à 3 cm ^^

Moi elle était pas comme ça, mais ça vous donne une idée

La salle d’accouchement

Après un petit monitoring pour vérifier que tout va bien, et c’est parti pour la salle d’accouchement et surtout la péridurale ! J’avais un peu peur de bouger à cause des contractions, mais la sage femme qui s’occupait de moi m’a parlé pour me distraire et avant que j’ai eu le temps de m’en rendre compte la péridurale était posée. D’ailleurs l’anesthésiste finissait à peine d’injecter la première dose que je ne sentais déjà plus les contractions. La sage femme m’a dit « vous avez une contraction, vous la sentez ? » et j’ai répondu « ha bon, vous êtes sûre ? », mais le monitoring me l’a confirmé ^^. La super sage femme qui s’occupait de moi m’a bien fait rire pour décompresser, et elle m’a fait essayer plein de position pour aider le travail et faire bouger le col.

14h00. Le col est à 5 cm… autant dire que ça n’avance pas vite. D’ailleurs Papa J se plaint : il est fatigué, il a froid (ils sont bien loin les 24°C lors de la visite de la maternité !) et il a faim. Moi aussi mais moi je me plains pas, je profite de la péridurale pour me reposer au maximum. La sage femme tente une nouvelle position qu’elle appelle « la grenouille », avec les jambes recroquevillées. Il est 15h00.

15h30. Je commence à avoir de drôles de sensations. On appelle la sage femme qui m’examine, elle est super contente d’annoncer que le col est à 9 cm, elle nous dit même qu’elle a faillit parier avec ses collègues ^^. Elle nous dit qu’il faut encore attendre un petit peu avant de se mettre en place. Cinq minutes plus tard j’ai l’impression que bébé commence à descendre. Papa J appelle la sage femme qui confirme que notre bonhomme arrive et vite.

Bébé arrive !

Pendant les cours de préparation à l’accouchement la sage femme nous a présenté les solutions pour accoucher. Beaucoup de femmes choisissent les étriers, mais pendant le dernier trimestre je ne me sentais pas à l’aise sur le dos. J’ai donc décidé que si c’était possible j’accoucherais à quatre pattes ou sur le côté. C’est vraiment ce qui m’attirait le plus et me semblait le plus naturel. Papa J était d’accord avec mon choix.
Dans la pratique je n’ai pas pu accoucher sur à quatre pattes parce que je ne me sentais pas capable de tenir sur mes jambes avec la péridurale. La sage femme m’a aidé à trouver une position confortable pour moi et pratique pour l’équipe : presque sur le côté mais pas tout à fait.

Le temps de trois contractions, trois poussées par contraction, une super équipe qui me motive, Papa J qui m’encourage à pousser en me tenant la main. Cinq minutes après la première poussée mon petit bonhomme est arrivé. Je n’ai pas vraiment eu le temps de comprendre ce qui se passait, mais on m’a expliqué que Crapaud avait respiré avant d’être sorti et donc il a avalé du liquide. Ils ont posé un mini bibendum tout gris 1/2 seconde sur moi et ils l’ont amené dans la salle de soin pour s’occuper de lui. Alors que je réalisais avec Papa J que nous étions parents, nous avons entendu Crapaud pousser son premier cri. J’étais encore sous le choc, je tremblais. J’étais persuadée que j’allais pleurer mais en fait non, pas tout de suite.

En attendant la délivrance la sage femme a posé Crapaud en peau à peau sur Papa J, sur une chaise juste à côté de moi. Crapaud regardait Papa J avec ses yeux grands ouverts, j’étais sous le charme ! Une fois que tout était fini (je vous passe les détails hein !) ils ont enfin posé mon petit bonhomme sur moi. Cinq minutes plus tard il avait trouvé mon sein et il s’y est blotti. Lorsque nous nous sommes retrouvés juste tous les trois j’ai pleuré, j’étais maman, j’étais heureuse …

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire sur “Mon accouchement, le début de notre vie à 3”

  1. Rhoo et ben dis donc!! il a ete long à venir mais apres il ne s’est pas fait prier le petit bonhomme!!
    En tout cas joyeux anniversaire et passez de bonnes fetes de fin d’année!!

    Ps: Je l’attendais ton récit!!! je suis contente que tu aies été dans la sous une d’hellocoton!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *